English  

Espace, représentations et usages

Recherche par localisation géographique Outils  
 
  Espace, représentations et usages
 
  Maison méditerranéenne des sciences de l'homme – Aix-en-Provence
 

 

 

Rechercher des documents cartographiques

MMSH
Par localisation géographique Cartomundi  
Ramses
Telemme
Adonis
 
   

Deux entrées principales permettent de rechercher des documents cartographiques

1. Par localisation géographique, pour accéder, pays par pays, aux plans d’assemblage des différentes séries cartographiques, puis aux lieux de conservation des documents.
Par étapes :
      - depuis la carte ou la liste, sélectionnez un pays ;
      - depuis la carte du pays, sélectionnez une série cartographique ou bien une ville ;
      - depuis la liste des collections, sélectionnez un établissement ;
      - depuis les notices, des liens permettent de naviguer entre les séries.
2. Par collection, pour accéder, établissement par établissement, aux collections des partenaires du programme.
Par étapes :
      - depuis la carte ou la liste, sélectionnez un établissement ;
      - depuis la fenêtre de présentation de l’établissement, cliquez : Documents inventoriés ;
      - depuis la liste des documents, sélectionnez une série.
Bonne navigation !
Certaines pages de ce site fonctionnent avec Adobe Flash Player, vous pouvez télécharger le module d'extension correspondant gratuitement en cliquant ici.
Si vous ne parvenez pas à télécharger Adobe Flash Player, les entrées "Partenaires du programme" et "Notices cartographiques" donnent accès à tous les textes du site, quel que soit l'équipement dont vous disposez.

Bonne navigation !

Ce site est récent (ouverture en sept. 2006), les informations qu’il dispense sont très partielles. Au cours des prochains mois, vous y trouverez de nouvelles données sur pays du Proche-Orient, le Maroc et les pays balkaniques. Pour évaluer l’intérêt porté à ce site, nous vous serions reconnaissant de bien vouloir remplir le formulaire suivant (procédure facultative)

Nom :   Prénom :
Pays de consultation :   Adresse mail :
Par quel moyen avez-vous trouvé ce site :   Commentaires éventuels :
Souhaitez-vous recevoir les informations de la Cartothèque méditerranéenne
 
Espace, représentations et usages
  Programme de recherche
 
  La Cartothèque méditerranéenne
 
Publications
   
  Un réseau d'échanges
   
  Fonds de cartes
   
  Partenaires du programmes
   
Notices cartographiques
   
Aide à la navigation
   

Le pôle Espace, représentations et usages se propose de promouvoir les échanges et les collaborations entre les chercheurs des différents laboratoires de la MMSH qui s’intéressent aux usages de l’espace et de ses représentations. Il s’agit aussi de fonder à Aix-en-Provence, entre la MMSH et l’Université de Provence, un vivier de compétences durables en matière d’analyse et d’utilisation de la documentation iconographique par les chercheurs en sciences sociales. Le pôle trouve sa place et son rôle dans le dispositif de la MMSH – entre recherche, outillage et formation - et dans un réseau d’une douzaine de partenaires français et étrangers.
Les activités du pôle s’organisent entre plusieurs domaines : la documentation, la formation et la recherche.

 

Responsable : Jean-Luc Arnaud, directeur de recherches au CNRS ; documentaliste : Marie-Christine Vazquez, ingénieur d’études au CNRS ; construction du site : Skandar Ghorbel ; contacts : cartomed@mmsh.univ-aix.fr ; tél. : 33 (0)4 42 52 40 59.

Ce site a été réalisé grâce à de multiples collaborations : préparation des textes : Gisèle Seimandi pour la correction des épreuves, Marie Christine Vazquez pour les traductions vers l’anglais. Dessin des cartes : Victor Arnaud, Victor Canut, Wassila Bedoui, Franck Flamini, Lina Itani, Pascal Lebouteiller, et Kamel Nasraoui. Documentation : Saddek Benkada, pour la documentation sur l’Algérie, Véronique Blanc Bijon, pour le fonds du CCJ ; Hélène Chauve, pour la documentation sur les pays du Maghreb ; Mathieu Coulon, pour la documentation sur l’Algérie et la Tunisie ; Mohammed al-Dbiyat, pour la documentation sur la Syrie ; Evelyne Disdier, pour le fonds de la MMSH ; Fabienne Jullian, pour la documentation sur Beyrouth ; Basile Khoury, pour la documentation sur le Liban ; Nelly Martin, pour la documentation sur Alexandrie ; Raymond Panattoni, pour le fonds de l’ESEP ; Tafieda Sabbouh, pour la documentation sur les pays du Proche-Orient ; Hayma Zeifa, pour la documentation sur Damas. Publication du site : Arnaud Weill.

 

Le pôle est aussi un lieu de production d’outils d’appui documentaire à la recherche. A travers le réseau de ses partenaires, il est à l’origine d’un catalogue homogène des cartes et des plans des villes et des pays de Méditerranée. Plus concrètement, il s’agit :
1°. de produire des outils d'inventaire et de gestion des fonds et de promouvoir un inventaire général et homogénéisé des documents des partenaires ;
2°. de numériser les collections les plus abîmées et/ou les plus demandées ;
3°. de publier un catalogue collectif à travers un site web et une collection de DVD interactifs.
Les résultats de ces activités sont en ligne sur le site La cartothèque méditerranéenne (http://cartomed.mmsh.univ-aix.fr) qui propose actuellement une documentation inédite pour les cartes d’Algérie, d’Egypte, d’Irak, d’Israël, du Liban, de Libye, de Palestine, de Syrie et de Tunisie. Ce site bilingue permet de définir les références des documents recherchés et, éventuellement, de les localiser dans les collections inventoriées. Dans quelques mois, il permettra de visualiser des reproductions numériques de haute définition.

 

Plusieurs collections importantes de cartes des villes et des pays de Méditerranée sont conservées dans les différents laboratoires en France et à l’étranger. Lorsqu’il en existe, les inventaires de ces fonds, sont trop disparates pour être rassemblés dans une même base de données.
Pour améliorer l’accès à ces fonds, la cartothèque méditerranéenne se propose de construire un réseau d’échanges ; il s’agit :

1. De promouvoir un inventaire général et homogénéisé des documents cartographiques conservés par les différents partenaires.
2. De mettre à leur disposition des outils d'inventaire et de gestion des fonds : plans d'assemblage, descriptions des séries cartographiques.
3. De reproduire par scanner en grand format les collections les plus abîmées et/ou les plus demandées. La MMSH prend en charge la plus grande part du coût de ces opérations.
4. De publier une collection de DVD interactifs de reproductions de documents.
5. De valoriser les fonds par la publication des inventaires des partenaires sur notre site.

Tous les établissements (publics ou privés, français ou étrangers) qui disposent d’un fonds cartographique représentant les villes et les pays de Méditerranée sont invités à rejoindre le réseau.
Pour devenir partenaire, écrivez à cartomed@mmsh.univ-aix.fr.

 

La cartothèque méditerranéenne diffuse des reproductions numériques de documents, anciens et/ou rares et libres de droit, à travers une collection de DVD. Outre les reproductions proprement dites, les volumes comportent aussi des notices sur les documents reproduits et une interface construite autour de plans d’assemblage qui permettent de visualiser les documents et de les sélectionner.
Un premier volume est en cours de réalisation ; il est consacré à l’atlas de l’Empire ottoman en 39 feuilles, publié par J.-J. Hellert en 1843, qui accompagne sa traduction de la monumentale Histoire de l’Empire ottoman de Joseph De Hammer (16 vol.).

En préparation
L’atlas de Méditerranée de L. Brémont
L’Empire ottoman par Henri Kiepert
L’Egypte au début du XXe siècle
La Syrie et le Liban au début du mandat français

 

 

Un peu plus d’un an après l’ouverture de son site, Le programme la Cartothèque méditerranéenne se transforme grâce au soutien du Très Grand Equipement ADONIS du CNRS.

Dans ce cadre, le programme devient CartoMundi. Comme sa désignation l’indique, ce nouvel outil sera en mesure de documenter des cartes de n’importe quelle partie du monde. Il s’agit aussi de changer de système et d’offrir de nouveaux services aux partenaires du programme, une interface de saisie en ligne des états de collection, en particulier.

Le principe de CartoMundi est simple, il s’agit d’ajouter aux bases de données un champ géographique capable de répondre à des requêtes spatiales. Cette fonctionnalité permet de construire la liste des documents qui représentent un lieu donné (ponctuel ou territorial), identifié sur une mappemonde par un simple clic. 

 

Un fonctionnement par étapes et en réseau

Le développement de CartoMundi s’effectue en quatre étapes principales, pour chacune, le cercle de ses partenaires est différent

 

Mise en place de l’outil

Cet outil articule un système d’informations géographiques, qui génère les données spatiales, avec un gestionnaire de base de données et une interface graphique. Il est développé par la MMSH avec le soutien du TGE Adonis et du laboratoire Telemme (UMR 6570).

 

Elaboration de l’index

Ce niveau est consacré à la description générique des séries cartographiques. La MMSH, avec le soutien du programme Ramses², prend en charge les documents qui représentent les pays de la Méditerranée. Pour les autres parties du monde, il s’agit de développer des partenariats avec des établissements qui disposent de moyens suffisants pour s’investir dans d’autres aires géographiques. Les bibliothèques nationales, les sociétés de géographie, les établissements producteurs de cartes, les universités ou encore les collectivités locales sont susceptibles de développer de telles participations.

 

Catalogue collectif

Le catalogue collectif s’adresse à tous les établissements qui conservent une documentation cartographique et souhaitent la valoriser par un signalement innovant. CartoMundi propose une interface d’enregistrement en ligne leurs états de collection. Cet enregistrement génère automatiquement les tableaux d’assemblage correspondants.

 

Reproductions numériques

Les reproductions numériques de documents cartographiques connaissent depuis quelques années un développement important. Cet accroissement ne facilite pas la navigation entre les fichiers. Dans ce domaine encore, les tableaux d’assemblage constituent les outils les plus opératoires. CartoMundi propose deux services différents. Depuis son site, il met en ligne des documents numérisés par ses soins. Il développe aussi des liens vers d’autres sites qui présentent des séries cartographiques en ligne mais ne disposent pas d’outils de navigation.

 

CartoMundi semble avoir séduit les cartothécaires pour les facilités qu’il apporte dans le catalogage et la gestion des documents (Congrès Liber, Amsterdam, juillet 2008). Cependant, il s’agit aussi d’un outil d’appui documentaire, développé dans le milieu de la recherche, pour la recherche. Dans la mesure où il offrira un accès aisé à une documentation jusqu’alors largement méconnue, il devrait avoir pour effet de promouvoir l’usage de la cartographie à la fois comme source et comme objet d’étude.

 

 

 

Enjeux de pouvoir /  enjeux de savoir
Depuis plusieurs siècles, les régions côtières de la Méditerranée sont occupées de manière plus dense que les arrière-pays, elles comptent de nombreuses villes importantes où les communautés (ethniques et religieuses) sont multiples. Dans ce contexte de forte diversité organisée suivant une densité importante dans d’étroites proximités, les enjeux de pouvoir et de connaissance – aussi bien en ce qui concerne les territoires que les réseaux - ont donné lieu à une abondante production graphique (depuis le IVe siècle au moins). Les manières dont cette documentation peut être exploitée sont multiples : ce sont à la fois des moyens de connaissance, des outils d’intervention et des instruments de communication. Malgré leurs différences, ces usages se croisent souvent de manière étroite, en particulier durant les périodes de crise et/ou d’accélération des recompositions (aussi bien sociales, politiques qu’économiques). Le pôle se propose de promouvoir les réflexions quant à ces multiples aspects et à leurs interférences à travers une série de tables rondes organisées en collaboration avec plusieurs partenaires étrangers et le soutien du programme européen RAMSES². Ces rencontres regrouperont des chercheurs qui travaillent sur la production iconographique de moments aussi différents que la propagande papale des XVIe et XVIIe siècles, les réformes ottomanes du XIXe siècle, ou encore, la mise en place des pouvoirs coloniaux et mandataires. Les analyses seront fondées sur deux hypothèses :
- les documents sont toujours partiels et partiaux,
- ils représentent à la fois le réel et le point de vue de leurs commanditaires.

Chaque rencontre est consacrée à un thème particulier :

Cartographier pour s’approprier - Les îles et les rivages, des espaces de conquête
Rencontre organisée à Ermoupolis (Syros), 16-17 juillet 2007, en collaboration avec l’Institut de Recherches Néohelléniques d’Athènes et G. Tolias (IRN).
Entre le XVe et le XVIIIe siècle, les insulaires – genre littéraire à la fois descriptif et visuel –   constituent une production éditoriale spécifique à la Méditerranée Ces publications annoncent le désenclavement progressif des villes et l’ouverture des horizons. Genre érudit, fondé sur des connaissances expérimentales, il résulte de la rencontre de la tradition humaniste avec les pratiques empiriques des marins du bassin.  Dans le contexte des antagonismes entre l’Empire ottoman et les multiples factions du monde chrétien, la connaissance des îles et des rivages revêt des enjeux tactiques : il s’agit de représentations au service du Politique. Dalmates, Espagnols Italiens, Français, Ottomans ou encore Portugais, les compilateurs des insulaires organisent un réseau de transmission des connaissances géographiques en mer Méditerranée. Ces inventaires des îles, constituent pour leurs promoteurs des moyens de s’approprier les lieux, ou, pour le moins, d’y revendiquer des droits par l’intermédiaire du renouvellement de leur connaissance. Ces publications annoncent le désenclavement progressif des villes et l’ouverture des horizons. Genre érudit, fondé sur des connaissances expérimentales, il résulte de la rencontre de la tradition humaniste avec les pratiques empiriques des marins du bassin.  Dans le contexte des antagonismes entre l’Empire ottoman et les multiples factions du monde chrétien, la connaissance des îles et des rivages revêt des enjeux tactiques : il s’agit de représentations au service du Politique. Dalmates, Espagnols Italiens, Français, Ottomans ou encore Portugais, les compilateurs des insulaires organisent un réseau de transmission des connaissances géographiques en mer Méditerranée. Ces inventaires des îles, constituent pour leurs promoteurs des moyens de s’approprier les lieux, ou, pour le moins, d’y revendiquer des droits par l’intermédiaire du renouvellement de leur connaissance.

Programme de la rencontre
Première session – Les insulaires et l’Humanisme

Buondelmonti and his Liber Insularum, Benedetta Bessi, université John Cabot, Rome
Enrico Martello et le Liber insularum archipelagi de Cristoforo Buondelmonti, Nathalie Bouloux, université François Rabelais, Tours
Composite Manuscripts of Cristoforo Buondelmontiand Ciriaco d’Ancona, Thodoris Koutsogiannis, université d’Athènes

Session 2 – Cartographie des îles
Charting Crete, Christos Zacharakis (émérite)
Insular Cartographic Representations from a Numerical point of view, Evangelos Livieratos, université Aristote, Thessalonique

Session 3 – Les insulaires et l’art de la navigation
Benedetto Cotrugli « De navigatione », Piero Flachetta, bibliothèque nationale Marciana, Venise
Piri Reis’ Kitab-i-bahiye, Dimitris Loupis, université de Harvard
Late Manuscript Isolarii : art of Navigation and Travel Literature, Georges Tolias, NHRF, Athènes

Session 4 – Enjeux de pouvoir – enjeux de savoir
Représenter les villes siciliennes, Paolo Militello, université de Catane
Insularity, Empire and the Visualization of Knowledge in Early Modern Venice, Anastasia Stouraiti, université d’Oxford
Philisophie(s) de l’Insulaire (XVe-XVIIIe siècles), Franck Lestringant, université de la Sorbonne, Paris

Conclusions, Jean-Luc Arnaud, CNRS, Aix-en-Provence ; Georges Tolias, NHRF, Athènes

La cartographie, outil d’intervention - Les villes dans la tourmente de la seconde moitié du XIXe siècle
Rencontre organisée à Oran, au cours de l’automne 2007, en collaboration avec le Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle d’Oran et S. Benkada (CRASC).
A partir du milieu du XIXe siècle, l’urbanisation du pourtour méditerranéen connaît une accélération qui annonce et prépare les mégapoles d’aujourd’hui. Que ce soit en Europe avec les progrès techniques et le développement industriel, dans l’Empire ottoman avec les Réformes, dans les pays de création récente avec la mise en place des Indépendances ou encore dans les régions de colonisation puis dans celles placées sous Mandat, durant une centaine d’années, une même volonté anime l’autorité publique : celle, toujours plus forte, de maîtriser les transformations urbaines.
            Dans ce contexte, on assiste au développement de nouveaux outils d’intervention ; domaine dans lequel la carte occupe une place de choix. Il s’agit d’analyser comment ces documents témoignent à la fois des nécessités techniques qui ont présidé à leur élaboration et à la manière dont ils définissent et qualifient des espaces urbains toujours très convoités. Cette approche présente l’avantage de s’affranchir des clivages généralement adoptés entre les périodes  pré-coloniale et coloniale et aussi entre la période des Empires et celle des Indépendances.

La cartographie, moyen de connaissance et de falsification - Les coexistences, de fortes différences organisées dans d’étroites proximités.
Rencontre organisée à Alexandrie, au cours du printemps 2008, en collaboration avec la Bibliotheca Alexandrina.
Depuis les premiers signes de démantèlement de l’Empire ottoman jusqu’aux évènements les plus récents (séparation de la Serbie et du Monténégro en mai 2006), une des principales motivations des recompositions géo-politiques du bassin méditerranéen est constituée par les différences – ethniques et religieuses – des populations.
            La cartographie thématique afférente apparaît au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Il s’agit d’examiner ces documents, pas tant du point de vue des connaissances qu’ils enregistrent que de celui des processus mis en œuvre pour les réaliser, cela en termes de définition des unités spatiales d’enregistrement des données, de construction des catégories de population et de choix des codes qui en rendent compte. Ces variables témoignent des points de vue portés sur le réel par leurs auteurs et/ou leurs commanditaires dans la mesure où elles ne sont pas sans incidence sur les résultats obtenus et peuvent avoir pour effet d’occulter ou de mettre en exergue la part de certaines populations. En ce sens, la cartographie thématique constitue un moyen de légitimer des revendications territoriales et de définir des fronts. Ce n’est sans doute pas nouveau mais cette approche n’a jamais été mise en œuvre dans l’Empire où l’approximation des données disponibles ouvre largement la porte à des interprétations contradictoires. Suivant la même approche, on examinera aussi des recensements de la population qui connaissent un renouveau à partir du milieu du XIXe siècle.

Les résultats de ces travaux et rencontres donneront lieu à des publications sous deux formes différentes. Les contributions académiques seront publiées sous la forme de dossiers dans des revues scientifiques ou bien sous forme d’ouvrages ; pour leur part, les aspects descriptifs et documentaires viendront alimenter le site web - La cartothèque méditerranéenne  - du pôle.
 

 

Fonds de cartes à télécharger

Ces fonds sont libres de droit, mais leur utilisation est soumise à la mention « MMSH – CartoMundi » qui peut figurer dans le champ du document ou dans sa légende.
Pour répondre à un large éventail de compétences, chaque carte est disponible en 3 versions :
1. Image en pixels (fichier JPG). Image au format A4, prête à l’emploi.
2. Vecteurs simplifié. Dans cette version, l’information est sélectionnée de manière à en permettre une utilisation directe, avec le logiciel Illustrator.
3. Vecteurs complet. Cette version comporte des informations trop nombreuses pour une utilisation immédiate. Dans chaque couche, le dessinateur est invité à sélectionner les données nécessaires à la construction de sa carte.

 

 

Version 1
Version 2
Version3
1. Europe - Méditerranée Télécharger Télécharger Télécharger

2. Méditerranée

Télécharger Télécharger Télécharger

3. Bassin occidental

Télécharger Télécharger Télécharger

4. Bassin oriental

Télécharger Télécharger Télécharger

5. Moyen-Orient

Télécharger Télécharger Télécharger

6. Maghreb

Télécharger Télécharger Télécharger

7. Balkans

Télécharger Télécharger Télécharger
 

Tous ces documents sont représentés suivant le mode de projection de Mercator ; ainsi, l’échelle indiquée est exacte au centre de la carte seulement, elle est réduite vers le nord et augmentée vers le sud. Les coordonnées sont indiquées, en degrés, depuis le méridien de Greenwich